Paola
Araya-Valdes

E(p)
Araya-Valdes_Paola.jpg
Patrimoine / Intervention sur l'existant
Architecture sociale
Développement durable

 

Cet essai-projet propose une démarche innovante pour la sauvegarde d’une polyvalente québécoise en état d’obsolescence dans un objectif plus large d’éviter l’abandon et la négligence du bâti scolaire moderne constituant aujourd’hui plus de 50% des établissements d’enseignement secondaire. La sauvegarde s’avère plutôt matérielle, se basant sur l’essentiel. L’acte d’ouverture de Lucien-Pagé et le dépouillement des éléments esthétiques permettent d’apporter une flexibilité à la réhabilitation des espaces intérieurs.

 

L’école intègre plusieurs atriums, des circulations appropriables, une gradation verticale des fonctions, des coursives extérieures, des terrasses intérieures et un aménagement du site favorable à l’épanouissement humain. La réhabilitation ne dissimule pas les éléments préservés, mais s’y agencent par la juxtaposition et le contraste : l’exposition de la structure autant à l’intérieur qu’à l’extérieur soutient la mémoire de l’existant; la composition de la façade expose les fonctions et rend hommage à son histoire matérielle par sa modularité et la conservation judicieuse de fragments des panneaux de béton préfabriqué. Bref, le projet reprend et interprète les valeurs de l’architecture scolaire moderne. La recherche d’un équilibre entre la qualité de l’expérience scolaire et l’héritage constructif de la polyvalente présente une attitude prometteuse, mais lucide en regard aux enjeux actuels du patrimoine scolaire québécois. De nature prospective, la réhabilitation inspirante de Lucien-Pagé suggère la durabilité d’une architecture vétuste par l’identification des qualités de l’existant et de son potentiel de transformation vers une architecture offrant une expérience renouvelée et plus complète quant à la mission de l’éducation. 

ARAYA-VALDES_Paola_planche.jpg